Je présentais en commission, avant la séance du 17 juin, une proposition de loi en faveur des intermittents de l’emploi. Ceux-ci sont largement oubliés par le gouvernements qui, au travers de la réforme de l’assurance chômage, va un peu plus les plonger dans la précarité. La ministre était venue en amont asséner ses faux chiffres et ses mensonges. Que les députés de la majorité qui régulièrement votent en faveur de la flexibilité et la précarisation des travailleurs votent contre cette proposition de loi ne m’étonne guère… mais que parmi ces mêmes députés certains aient co-signé une loi presque identique il y a quelques mois et osent voter contre sa réplique aujourd’hui me laisse plus que perplexe pour rester polie.

RETRAIT DE LA RÉFORME DE L’ASSURANCE CHÔMAGE ! Vite, des mesures d’urgence pour les intermittents de l’emploi ! Les intermittents de l’emploi ce sont les professionnels de l’événementiel, du tourisme, de la restauration, les extras, les saisonniers, les intérimaires et plus largement les personnes travaillant dans des secteurs où l’emploi discontinu est la norme. Alors qu’ils été particulièrement impactés par la crise économique, le gouvermenent les a totalement abandonnés. Cela fait des mois que nous travaillons avec eux et les situations dans lesquelles beaucoup se retrouvent n’est pas digne de notre pays !Notre proposition de loi permettrait aux intermittents de l’emploi de bénéficier d’une aide de l’Etat pour pallier la totalité des pertes de revenus subies depuis le début de la crise. Et leur accorderait un régime d’assurance chômage spécifique, véritablement protecteur. Car la réforme de l’assurance chômage qui sera effective au 1er juillet va les précariser d’avantage encore.Mais les députés LREM ne voteront pas notre proposition de loi. Et en rajoutent en poussant pour la réforme de l’assurance chômage. La réforme de l’assurance chômage c’est bien l’ensemble des citoyennes et citoyens qu’elle va impacter. Avec celle-ci, tous les chômeurs sont dans le viseur du gouvernement ! Selon l’Unedic lors de la première année de mise en œuvre de la réforme, plus d’un million de demandeurs d’emploi subiront une baisse du montant de leurs allocations. Près de 200 000 personnes verront quant à eux l’ouverture de leurs droits retardée d’un an ou plus, et 300 000 de cinq mois en moyenne. Et ce en pleine crise économique ! Ce gouvernement est totalement irresponsable ! Alors pour s’opposer à cette réforme, nous nous mobiliserons dans l’hémicycle cet après-midi, dans les théâtres occupés et dans la rue le 19 juin prochain !