Le chiffre du jour : 65% des Français se sentent les perdants de la politique menée par Macron depuis 6 mois, selon un sondage paru dans Libération ce matin. Nous le disons depuis le début, et c’est la raison de nos offensives politiques régulières face à la majorité En Marche, que ce soit sur les questions de budget, de droits du travail ou encore de services publics. Le président n’a pas la majorité populaire pour mener sa politique et il doit tenir compte.

QUARTIERS POPULAIRES
Depuis hier, Emmanuel Macron mène un plan de communication sur sa politique de la ville dans les quartiers populaires. Mais la politique concrète appliquée par son gouvernement fait beaucoup de dégâts dans ces quartiers : contrats aidés et maisons de l’emploi supprimées, attaques sur logement social et baisse des APL, projets de transports ralentis. Les conséquences de ces choix politiques se font violemment sentir. “Les quartiers populaires ne demandent pas la charité, mais simplement l’égalité”. Cette opération de com’ est donc légitimement mal vécue par les élus et les habitants car ils savent ce qu’est un budget « que pour les riches ». Les 10 milliards remboursés aux grands groupes de la taxe sur les dividendes la semaine dernière sont un exemple flagrant de l’argent qui circule au dessus des citoyens.
Nous renouvelons aujourd’hui nos propositions pour retrouver des moyens, car le gouvernement a par exemple beaucoup raconté que la France était à la pointe contre l’évasion et la fraude fiscale: pour le moment aucun acte concret mis en place pour reprendre l’argent !

LOI TRAVAIL XXL
Les lois d’habilitation des ordonnances travail, sur lesquelles nous avions été actifs cet été, seront discutées la semaine prochaine, à partir de mardi dans l’hémicycle. Après les trois grandes journées de mobilisation qui ont eu lieu depuis la rentrée, nous restons mobilisés face à ces textes qui sont une atteinte sans précédent aux droits des salariés et un immense recul social. Nous serons présents au coté des manifestants, jeudi à Paris pour exprimer la colère profonde que nous ressentons dans le pays.

FRANCE TÉLÉVISIONS
Nous exprimons notre solidarité avec les salariés de France Télévisions et Radio France qui ont appris ce matin la menace qui pèsent sur les emplois. Les propositions avancées par un document du Ministère de la Culture, publié ce matin dans Le Monde sont très alarmantes. Suppressions de chaînes et d’emplois, réorganisation totale des antennes avec des moyens en chute, suppression d’outils culturels de service public : déjà inquiets des précédentes annonces de coupes budgétaires de 50 millions d’euros et de suppression de 500 emplois, le plan présenté aujourd’hui exige une mobilisation encore plus forte au côté des salariés-es. J’interpellerai la ministre de la culture en ce sens cet après-midi.