Sans-abris: une situation alarmante !

Alors que le froid de l’hiver commence à frapper durement, la situation des sans-abris se révèle, encore et toujours, alarmante.

Emmanuel Macron sait parfois faire de belles déclarations, en choisissant de bons mots. Mais la semaine dernière, son gouvernement a choisi de faire quelque chose qu’aucun gouvernement n’avait fait jusque là. C’est le tri des sans-abris et des migrants, introduit par une circulaire du ministère de l’intérieur. Les associations sont en colère. On les comprend, on s’y associe.

“Débordé” ne suffit plus à décrire la situation du 115 et des acteurs qui viennent en aide à ceux qui survivent dehors. En 2015, 1 demande d’accueil sur 4 était refusée. Aujourd’hui c’est 3 demandes urgents sur 4 qui ne peuvent pas être satisfaites. Des centaines d’enfants dorment à la rue. Ce ne sont pas des tweets qui assureront la construction nécessaire d’hébergements d’urgence en nombre suffisant. Le gouvernement doit agir, les solutions pour cela existent.

Trier, c’est reprendre les logiques de Wauquiez ou Le Pen qui mettent en concurrence les démunis – alors qu’on cajole la finance – et qui stigmatisent les étrangers plutôt que traiter les vraies causes de la précarité extrême. Trier, c’est aussi mettre en difficulté des associations, dont la raison d’être est précisément l’accueil inconditionnel de toutes les personnes en difficulté.

Sans compter les dispositifs anti-sans abris, douches froides, pics, cactus, qui fleurissent dans les grandes villes et innovent toujours plus dans l’indignité. C’est bien la pauvreté qu’il faut combattre, pas les pauvres.

Retrouvez ci-dessous la vidéo de la Conférence de presse des députés communistes du 12 décembre 2017 lors de laquelle j’ai dénoncé cette situation:

Le point presse des député.e.s communistes en direct – 12 décembre 2017

Publié par Les députés communistes sur mardi 12 décembre 2017