Skip to content

QUESTION ÉCRITE : MIEUX RÉMUNÉRER LES SOIGNANTS MOBILISÉS

J’alerte M. le ministre des solidarités et de la santé sur la question de la rémunération des élèves infirmiers réquisitionnés dans les établissements hospitaliers pour faire face à l’épidémie de Covid-19, ainsi que de celles des personnels soignants qui étaient en formation avant le déclenchement de la crise sanitaire, et toujours considérés comme stagiaires. L’ampleur de la crise sanitaire a contraint l’APHP à appeler en renfort les étudiants en soins infirmiers auprès des personnels soignants et ce dès la 1ère année.

Ces élèves ont été repartis dans les services et sont mobilisés comme leurs aînés 12 heures par jour, 60 heures par semaine, indifféremment de jour comme de nuit. Ces élèves infirmiers, comme l’ensemble du personnel soignant, travaillent dans des conditions sanitaires qui s’avèrent particulièrement compliqués. Leur santé est également en jeu.

Or leur rémunération n’est pas à la hauteur du dévouement dont ils font preuve.Les élèves infirmiers de 1ère années sont actuellement mobilisés pour 28 euros par semaine. Ils ne sont pas en stage, ils font preuves de compétences dans leur capa- cité à prodiguer des soins.

Comment peut-on accepter cette situation ? Les remerciements et la reconnaissance de leur travail passe inévitablement par une augmentation de leur rémunération.Je soutiens la revendication qui porte la rémunération à un niveau d’ASH pour les 1ères années et un niveau d’AS pour les étudiants de 2e et 3e années.

Concernant les personnels soignants qui étaient formation avant la crise. Ceux-ci n’ont pas reçu d’ordre de réquisition et sont toujours considérés comme stagiaires. Pourtant, ils ont tous intégré les services des hôpitaux, travaillent 60 heures par semaine, reprennent des gardes. Durant leur période de formation, ils étaient rémunérés sur la base de 35 heures, sans primes, ni RTT. Vont-ils bénéficier des dispositifs financiers qui ont été annoncés (primes, valorisations des heures supplémentaires )?La Nation se doit d’être à la hauteur de l’engagement sans faille de ces personnels. Aussi, je demande à Monsieur le Ministre des solidarités et de la santé que les élèves infirmiers puissent bénéficier d’un dispositif financier exceptionnel et de revoir la rémunération des personnels soignants considérés à ce jour comme stagiaires.

Scroll To Top