Point presse du 11 juillet 2017

Sébastien Jumel, Elsa Faucillon, Pierre Dharréville

Loi Travail XXL, attaques en série sur les services publics et mépris du débat parlementaire: nous ne laisserons pas Macron nous empêcher de vous faire respecter !

La méthode employée par le Gouvernement dans le débat sur les ordonnances et la réforme du Code du travail n’est pas à la hauteur. Le rejet systématique des amendements ou le refus d’un vote solennel sont autant de freins qu’En marche tente de nous imposer et que nous combattons. Sur le fond, et c’est le plus grave, cette réforme est une remise en cause totale des droits et des protections des salariés. Elle permettra notamment que des dispositions dans l’entreprise soient plus défavorables que la loi aux employés. Les salaires, le temps de travail, les congés ou encore la protection sociale sont menacés. Face à une volonté de procéder en coup de force, rapidement et sans vrai débat, nous restons combattifs et mobilisés à vos côtés pour ne pas laisser faire.

Par ailleurs, le ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin (Les Républicains), a annoncé dans la presse de graves attaques budgétaires pour l’automne : 4,5 milliards d’euros de coupes, par décret, c’est-à-dire encore une fois sans débat parlementaire. Avec par exemple 75 millions d’euros de baisse dans l’éducation et 50 millions pour la culture, comment croire que les élèves, les enseignants et le développement culturel ne seront pas touchés?

L’interview du Ministre : http://www.leparisien.fr/economie/le-plan-du-gouvernement-pour-economiser-4-5-milliards-d-euros-10-07-2017-7124781.php

La majorité Macron poursuit et aggrave des politiques d’échec constant, qui n’ont fait que créer malheur, chômage et précarité pendant que de l’autre côté, les grandes fortunes et les actionnaires continuent d’augmenter leurs bénéfices.

Vous pourrez compter sur les députés du Front de Gauche, comme sur les députés insoumis et progressistes pour porter l’alternative d’un droit du travail renforcé, plus protecteur et plus juste pour tous, et des services publics de qualité préservés des logiques d’austérité destructrices.