La majorité En Marche! a adopté cette semaine la Loi ELAN. Une loi qui fait du logement un bien marchand, un bien de consommation. Jamais un droit.

Une loi qui marque un recul considérable dans l’accession à des logements abordables, publics, de qualité, et qui répondent à ce droit fondamental : avoir un toit pour soi et sa famille. Un toit pour vivre mieux, pour vivre bien et à l’abri, tout simplement. Que l’on soit jeune, seule, nombreux ou plus âgés.

Un recul pour la société aussi. Des normes pour le handicap réduites, des citoyens dépossédés de la proximité de leurs offices HLM et du choix des politiques de logement menées dans leur ville.

Le « nouveau monde » de Macron, tel qu’il continue à vouloir se faire appeler, s’en prend à nouveau à l’essentiel pour une immense majorité des habitants. En quelques mois, il casse des dynamiques de progrès et de solidarité lancées depuis des dizaines d’années avec toujours les mêmes arguments : il y aurait trop de logements sociaux, alors même que le pays compte toujours 12 millions de personnes en situation de logement fragile.