LA MOBILISATION CONTINUE POUR LES FAMILLES DU 115 !

Un très beau rassemblement des solidaires venus en masse devant la Préfecture des Hauts-de-Seine a eu lieu mercredi après-midi, en soutien aux familles du 115 sorties de l’hébergement d’urgence.

Une délégation composée d’élues, de parents, d’enseignants et responsables associatifs a été reçue longuement par le cabinet du Préfet de département.

Nous y avons exprimé notre indignation profonde de voir des familles à la rue, ou qui y seront dans quelques jours. Parmi elles bien sûr des enfants, dehors, forcés à la déscolarisation. Nous avons exigé qu’elles puissent être à nouveau hébergées dans leur ville, c’est indispensable. Nous avons demandé, aussi, l’abandon des critères qui sous prétexte de « fluidifier » l’accueil le supprime totalement pour ces familles et font de l’inhumanité une nouvelle norme administrative, alors même que les moyens budgétaires sont au rendez-vous.

Si quelques maintiens ont été annoncés jusqu’à la fin du mois de juin grâce à la belle mobilisation, l’État, par la voie de la Préfecture, a annoncé que les critères seraient maintenus.

Des familles qui avaient besoin d’un hébergement d’urgence il y a quelques semaines n’en mériteraient donc plus, du jour au lendemain ? Nous ne pouvons pas comprendre cette décision irresponsable. Pas plus qu’un examen « au cas par cas » qui ne garantit aucune solution pour toutes ces familles.

De nouvelles expulsions auront donc lieu dans les jours qui viennent. Des dizaines de nouvelles familles dehors.

Cette situation, dans la 6ème puissance économique mondiale, dans l’un des départements les plus riches de France, est scandaleuse, elle est insupportable, nous le la supportons pas. Avec les parents, les enseignants, les associations, les élus de Gennevilliers, Malakoff, Bagneux, Nanterre et toutes les villes concernées, nous ne lâcherons pas. Nous continuerons à faire du boucan !

Une cagnotte a été mise en place par les communistes de Gennevilliers, cliquez ici pour y participer

Sortir par le haut de l’hébergement d’urgence, c’est aussi pouvoir accéder à un logement abordable et durable ! Mon intervention à l’Assemblée nationale dans le cadre de la Loi ELAN