Skip to content

A LA SNECMA GENNEVILLIERS, DELOCALISATION ET LICENCIEMENTS

Question au gouvernement, 17 décembre 2019

Monsieur le Ministre de l’économie et des finances , dans ses rapports d’activité le groupe Safran parle d’une montée en cadence industrielle inédite concernant les moteurs LEAP. Sur le site SNECMA de Gennevilliers, les salariés qui fabriquent les bords d’attaques de ces moteurs pour l’aviation ont reçu un coup de massue à l’annonce d’une délocalisation de la production vers le Mexique, où les salaires sont 3 à 4 fois inférieurs.

Suppression de 120 postes (67% des effectifs de l’unité), le départ de machines, la perte d’un savoir-faire industriel unique pour la forge, la fonderie, l’usinage, acquis depuis 50 ans, faisant la réputation mondiale de l’entreprise.

Alors que SAFRAN a investi 42 millions d’euros sur ce site, son dépouillement aujourd’hui va amplifier la problématique du coût du site, son avenir à moyen terme est menacé.

Des suppressions de postes sont également en cours sur les sites de Corbeil et Villaroche, présentées au nom de « plan de gain de productivité ». Le salaire d’1,5 millions du DG de Safran doit certainement faire aussi partie de ce plan !

Ces décisions ont un objectif : satisfaire les intérêts boursiers ! Alors même que les conditions de travail et de vie se dégradent. Les récents programmes devraient conduire non pas à des suppressions d’emplois, mais à de nouvelles embauches. Au lendemain de l’annonce, le titre s’affichait à la hausse, après avoir déjà inscrit un nouveau plus-haut historique.

Safran enregistre des bénéfices. Son chiffre d’affaire au premier semestre 2019 est en hausse de 27%. Les carnets de commande sont pleins pour les dix ans à venir. La partie moteur enregistre 17% de profitabilité.

L’État, premier actionnaire de cette entreprise qui a bénéficié de 13 millions de CICE en 2017, 39 en 2014. Que comptez-vous faire, Monsieur le Premier ministre pour empêcher ce saccage industriel dans le Territoire Boucle de Seine, un des berceaux de l’aéronautique, que vous avez, vous-même labellisé « Territoire d’industrie »?

Scroll To Top